Semaine intensive de rédaction

La première semaine intensive de rédaction a eu lieu du 17 au 21 février 2020. Le principe en était simple : profiter des vacances des départements pour s’atteler à la rédaction (d’un résumé de thèse, d’une intro, d’un article, etc.), en y dédiant de grandes plages horaires.

Comme pour les ateliers d’écriture en groupe, le fait de travailler ensemble permet :

– de se sentir entouré·e et soutenu·e

– de rester concentré·e et d’avoir une structure (notamment des horaires fixés en groupe)

– de recevoir et apporter des retours

– de découvrir de nouveaux exercices de rédaction, des manières de travailler,

– et tout cela est très bon pour le moral !

Chaque jour, plusieurs séances de 1h30 étaient dédiées à la rédaction en silence. Il y a aussi eu une séance de choix des objectifs (lundi matin), de débrief de mi-parcours (mercredi après-midi) et de débrief de fin de semaine (vendredi, 15-17h). Emmanièle Cunningham-Sabot a animé une séance d’ouverture, et Annaïg Mahé (URFIST de Paris) a animé trois séances, dont deux de travail sur les plans (de thèse, d’article, etc.).

 

Cette semaine n’était qu’un premier essai, et nous espérons que les prochaines seront encore plus heureuses ! Vous êtes invité·e·s à participer à l’organisation, à donner vos idées d’ateliers, etc.

Une proposition d’article à rendre prochainement, une candidature à préparer, ou tout simplement un chapitre de thèse à finir ? N’hésitez pas à contacter vos représentant·e·s pour organiser ensemble la prochaine, aux dates qui vous conviennent !

Appel à candidatures – Bourse de la Terra Foundation for American Art à l’INHA

Appel-à-candidatures-Bourse-de-la-Terra-Foundation-for-American-Art-à-lu2019INHA-5-1

Du 1er septembre 2020 au 31 août 2021, l’Institut national d’histoire de l’art s’associe avec la   Terra Foundation for American Art  pour attribuer une bourse postdoctorale qui s’accompagne d’un accueil d’un an à l’INHA et d’une bourse de voyage   Bourse-de-la-Terra-Foundation

 

 

Semaine de rédaction à Foljuif

La première semaine de rédaction du 4 au 8 novembre 2019, a été un succès. Foljuif est un site expérimental de l’ENS, à 1h de Paris, qui peut aussi héberger des doctorant·e·s pour des séjours de travail.

C’est pourquoi l’expérience se répète ! Du 16 au 20 mars 2020, nous serons une quinzaine à retourner sur le site expérimental de Foljuif, pour profiter du calme, nous détendre, et rédiger chapitres de thèse, articles et présentations.

L’ED finance le logement, et nous nous organisons entre nous pour le transport, les repas et l’emploi du temps. Il est possible d’inviter des intervenant·e·s pour animer des séances spécifiques.

 

Intéressé·e pour participer, à l’avenir ? Il est prévu d’organiser une semaine de ce type par semestre : la prochaine sera donc en octobre-novembre 2020.

Ateliers et semaines de rédaction

La rédaction en groupe est

  • une des stratégies de rédaction les plus efficaces,
  • très bon pour le moral,
  • l’occasion de rencontrer d’autres doctorant·e·s, et d’échanger à propos des difficultés de rédaction,
  • le lieu où l’on réalise que nos problèmes de rédaction ne tiennent pas à nos incapacités individuelles, mais à des difficultés inhérentes au métier,
  • l’opportunité de découvrir plein d’exercices, d’astuces et de techniques pour faciliter et fluidifier la rédaction,
  • et tant de choses encore !

Pour ces raisons, des ateliers de rédaction sont organisés par les doctorant·e·s, pour les doctorant·e·s. Les créneaux fixes sont inscrits sur le calendrier, et les séances commencent toujours au bureau des doctorant·e·s (couloir jaune).

Des semaines intensives de rédaction sont organisées tout au long de l’année, ainsi que des séjours de rédaction hors de Paris.

Vous pouvez organiser vos propres créneaux, inviter des intervenant·e·s, proposer d’autres formats, etc. Pour participer ou vous inscrire à une séance, merci de contacter les représentant·e·s.

Collectif des doctorant·e·s

Un collectif de doctorant·e·s a été mis en place, dans le but de proposer un espace de discussion informelle à propos des conditions de vie et de travail durant le doctorat. Il est aussi un lieu de réflexions, d’échanges et de débats entre pair·e·s, dans la bienveillance et le respect.

Pour le rejoindre ou avoir plus d’informations, inscrivez-vous sur la mailing list:  collectif.ed540@ens.fr.

Motion de l’ED 540, prenant position en faveur des mobilisations

Motion de l’Assemblée Générale des membres de l’ED 540, École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales (PSL)

réunie le 23 janvier 2020 à l’ENS Ulm

L’assemblée générale des membres de l’ED 540, réunie à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm le jeudi 23 janvier, a rassemblé des doctorant·e·s, des titulaires et des membres du personnel administratif de l’école doctorale « Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales » de l’établissement Paris Sciences et Lettres (PSL). L’assemblée générale reconnaît la spécificité de la situation de l’ED 540, inscrite dans PSL, où s’expérimentent déjà les préconisations actuelles de réforme de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) : elle est témoin direct du fait que les mesures annoncées, sous couvert d’« excellence », renforcent les inégalités entre les institutions et au sein même de ces institutions.

L’assemblée générale constate une transformation du mouvement social dans le secteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, liée à la fois aux réformes des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en cours d’élaboration. Des centaines de travailleur·euse·s de l’ESR sont en grève reconductible et ont cessé toutes leurs activités professionnelles. Des examens n’ont pas pu se tenir, des enseignements ont été transformés ou suspendus. Chaque jour les universités se mobilisent, de nouveaux laboratoires interrompent leurs activités de production et de valorisation de la recherche, des revues se déclarent en grève, des collectifs de précaires se font entendre. Les ateliers d’éducation populaire se multiplient tandis que le cortège ESR, dans les manifestations, rassemble des milliers de personnes.

L’assemblée générale s’inscrit résolument dans ce mouvement de mobilisation contre la précarité, la réforme des retraites et la LPPR. Elle s’oppose avec détermination à la politique du gouvernement et à ses logiques néolibérales de destruction du principe de solidarité, des services publics et de l’université ouverte à tou·te·s. Contre la LPPR, elle dénonce le renforcement de la logique managériale dans l’ESR, la mise en compétition des collègues et des institutions, la destruction du statut de fonctionnaire via la mise en place systématique de contrats précaires, le financement généralisé par appels à projet au détriment des crédits récurrents, l’évaluation des services d’enseignements en crédits ECTS, le non-paiement des heures complémentaires, la modulation de service obligatoire en fonction des besoins de chaque UFR, la remise en cause des fonctions collégiales du CNU – alors même que la précarité structurelle et la dégradation des conditions de travail affectent d’ores et déjà l’ensemble du monde universitaire.

Revendications

L’Assemblée générale de l’ED porte les revendications suivantes :

  • retrait du projet de réforme des retraites ;

  • pour une université gratuite et accessible, et une recherche publique au service de tou·te·s ;

  • contre la concentration des moyens et des pouvoirs dans un petit nombre d’institutions au détriment de la diversité et de l’indépendance du monde de la recherche ;

  • pour des mesures efficaces contre la pauvreté et la précarité étudiantes ;

  • pour la dignité des conditions de travail, et notamment :

    • fin du travail gratuit effectué par les non-titulaires, pour la mensualisation des paiements des vacations et le respect du droit du travail, pour l’arrêt à terme du recrutement de vacataires ;

    • pour la création de postes de titulaires pour couvrir les missions des précaires et la surcharge des titulaires ;

  • contre l’augmentation du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche ; pour la démocratisation du fonctionnement de ces institutions, notamment à PSL ;

  • pour la suppression des outils de management par la performance quantitative, individuelle et collective, de l’Université et de la recherche.

Actions

L’Assemblée Générale s’engage et appelle à :

  • participer à la constitution d’un cortège universitaire lors des journées nationales de manifestation à commencer par la manifestation du 24 janvier ;

  • annuler ou reporter les séminaires, les colloques, les journées d’étude, les appels à communication et à candidature afin de permettre une mobilisation totale pour le mouvement social ;

  • participer à la grève, pour celleux qui le peuvent, en :

    • suspendant le travail d’expertise et d’évaluation ;

    • faisant de la rétention de notes ;

    • suspendant ou transformant les enseignements ;

  • participer aux caisses de grèves ainsi qu’aux AG sectorielles, interprofessionnelles et intersyndicales ;

  • se rendre visible (par exemple en se déclarant mobilisé·e·s par des signatures de mail et par des brassards) ;

  • soutenir les actions locales, informer les étudiant·e·s, communiquer avec ses collègues et intervenir dans l’espace public ;

  • participer à la Coordination Nationale des facs et labos en lutte les 1er et 2 février ;

  • ne pas pénaliser voire soutenir les membres du personnel, étudiant·e·s et doctorant·e·s mobilisé·e·s et/ou en grève.

Motion adoptée à l’unanimité des personnes présentes.

Appel d’offres – Organisation : Avril-Août 2020

APPEL D’OFFRE ED 540 — ORGANISATION 2019 — 3

L’ED 540 lance un appel d’offres destiné à soutenir financièrement l’organisation de manifestations (conférences, séminaires ou journées d’études) qui auront lieu entre le 16 avril et le 31 août 2020.

Tous les doctorants de l’ED 540 peuvent répondre à cet appel d’offres, à l’exception des doctorants rattachés au programme SACRe. Sont éligibles les projets qui sont organisés par les doctorants eux-mêmes. Les projets impliquant des doctorants rattachés à plusieurs unités de recherche sont particulièrement soutenus.

Les demandes sont à adresser par courriel à secretariat.ed540@ens.fr pour le 1er avril 2020 au plus tard.

Titre du courriel : ORGANISATION 2019 — 3 / [Nom de la doctorante]

Pièces à fournir sous forme d’un unique document .pdf :

1/ Présentation du projet (2 pages), signée par la doctorante et la directrice,

2/ Liste des participants et, autant que possible, titre des communications,

3/ Budget prévisionnel précisant le montant total du projet et le montant de l’aide demandée.

Pour donner un ordre de grandeur, il est proposé que le financement maximal pour une manifestation impliquant des doctorants d’une seule unité soit de l’ordre de 400 euros et que le financement maximal pour une manifestation impliquant des doctorants de plusieurs unités soit de l’ordre de 800 euros par an. Ces limites dépendant toutefois du budget disponible de l’ED 540, nous vous invitons à présenter vos demandes telles qu’elles sont.

Pour l’année 2020 le plafond d’aide accordée par l’ED sera de 1000€ par doctorant par an.

Ces limites dépendant toutefois du budget disponible de l’ED 540, nous vous invitons à présenter vos demandes telles qu’elles sont.

Si vous obtenez un financement, il faut faire une affiche avec le service communication de l’ENS, y faire figurer le logo de l’ED 540 et la communiquer au secrétariat de l’ED 540.

Pour information, ces financements sont rendus possibles en partie grâce au budget propre de l’ED 540, en partie grâce à des financements spécifiques des EUR FrontCog et Translitterae.